LE « MONTADO »
un écosystème spécifique

Le « Montado »

est une grande forêt de chênes-lièges présente dans le bassin méditerranéen. Il fait partie des 35 sanctuaires mondiaux de biodiversité similaire à ceux de l’Amazonie, de la savane africaine, des Andes ou de Bornéo.

Les arbres

poussent du niveau de la mer jusqu’à 500 mètres d’altitude, dans les climats chauds et humides du bassin méditerranéen, en particulier dans les régions méridionales de la péninsule ibérique, influencées par l’océan Atlantique. Ils peuvent vivre environ 200 ans, et atteindre 12 à 15 m de hauteur.

Le Portugal

possède la plus grande superficie du Montado, avec plus de 730 000 hectares (34% du total) et se place naturellement comme le leader mondial dans la production, la transformation et la commercialisation du liège.

Le « Montado »

est une grande forêt de chêne-liège présente dans le bassin méditerranéen.Il fait parti des 35 sanctuaires mondiaux de biodiversité similaire à ceux de l’Amazonie, de la savane africaine, des Andes ou de Bornéo.

Les arbres

poussent du niveau de la mer jusqu’à 500 mètres d’altitude, dans les climats chauds et humides du bassin méditerranéen, en particulier dans les régions méridionales de la péninsule ibérique, influencées par l’océan Atlantique. Ils peuvent vivre environ 200 ans, et atteindre 12 à 15 m de hauteur.

Le Portugal

possède la plus grande superficie du Montado, avec plus de 730 000 hectares (34% du total) et se place naturellement comme le leader mondial dans la production, la transformation et la commercialisation du liège.

LE POUMON
de la méditerranée

Le « Montado »

joue un rôle essentiel dans le maintien de la faune et de la flore existante. C’est un véritable poumon pour l’environnement car les forêts de chênes-lièges sont d’excellents puits à carbone.
Un chêne-liège « exploité » (sur lequel le liège est prélevé), en renouvelant ainsi de manière naturelle son écorce, absorbe de 2,5 à 4 fois plus de CO2 qu’un arbre non exploité.

On estime que la forêt de chênes-lièges fixe jusqu’à 14 millions de tonnes de CO2 par an.

Les chênes-lièges

ont une forte capacité d’absorption d’eau (environ 26,7% de la pluviométrie totale) favorisant ainsi la régénération du cycle de l’eau (eaux de pluie/eaux souterraines) et protégeant les sols contre l’érosion.

Les arbres

sont également d’un grand intérêt pour lutter contre les incendies estivaux dans les régions méditerranéennes. C’est un parfait isolant et le feu n’atteint pas l’aubier, partie vivant sous l’écorce.

Le « Montado »

joue un rôle essentiel dans le maintien de la faune et de la flore existantes. C’est un véritable poumon pour l’environnement car les forêts de chênes-lièges sont d’excellents puits à carbone.
Un chêne-liège « exploité » (sur lequel le liège est prélevé), en renouvelant ainsi de manière naturelle son écorce, absorbe de 2,5 à 4 fois plus de CO2 qu’un arbre non exploité.

On estime que la forêt de chênes-lièges fixe jusqu’à 14 millions de tonnes de CO2 par an.

Les chênes-lièges

ont une forte capacité d’absorption d’eau (environ 26,7% de la pluviométrie totale) favorisant ainsi la régénération du cycle de l’eau (eaux de pluie/eaux souterraines) et protégeant les sols contre l’érosion.

Les arbres

sont également d’un grand intérêt pour lutter contre les incendies estivaux dans les régions méditerranéennes. C’est un parfait isolant et le feu n’atteint pas l’aubier, partie vivant sous l’écorce.

UNE RICHESSE INESTIMABLE
en matière de biodiversité

Les forêts de chênes-lièges

sont la preuve vivante de richesses inestimables. On y compte plus de 160 espèces d’oiseaux, 24 espèces de reptiles et d’amphibiens et 37 espèces de mammifères, dont certaines sont très menacées de disparition, comme le lynx ibérique, l’espèce féline la plus menacée au monde.

Les forêts de chênes-lièges

sont la preuve vivante de richesses inestimables. On y compte plus de 160 espèces d’oiseaux, 24 espèces de reptiles et d’amphibiens et 37 espèces de mammifères, dont certaines sont très menacées de disparition, comme le lynx ibérique, l’espèce féline la plus menacée au monde.

LE CHÊNE-LIÈGE
un trésor naturel

Le chêne-liège

ou Quercus Suber, est l’un des plus grands trésors naturels au monde car c’est la seule espèce végétale exploitée pour son écorce (qui fournit le liège), et qui se régénère une fois extraite.

L’écorce

de cet arbre est décortiquée minutieusement à même le tronc approximativement tous les 9 ans.

Une industrie unique

au monde utilisant un processus écologiquement durable mêlant tradition séculaire aux pratiques les plus modernes.

L’écorce

de cet arbre est décortiquée minutieusement à même le tronc approximativement tous les 9 ans.

Le chêne-liège

ou Quercus Suber, est l’un des plus grands trésors naturels au monde car c’est la seule espèce végétale exploitée pour son écorce (qui fournit le liège), et qui se régénère une fois extraite.

Une industrie unique

au monde utilisant un processus écologiquement durable mêlant tradition séculaire aux pratiques les plus modernes.

LA CONSERVATION
des zones rurales

L’industrie du liège

est un véritable pilier social, environnemental et économique pour des milliers d’habitants du bassin méditerranéen occidental.

Grâce aux forêts de chênes-lièges et aux produits réalisés à partir du liège, il est possible de démontrer que le développement durable n’est pas une utopie.

Les forêts de chênes-lièges

contribuent à conserver une économie locale en permettant le maintien sur place d’une population rurale.

Plus de 100 000 personnes dépendent, directement ou indirectement, de la production de liège.

L’extraction

du liège est le travail agricole le mieux rémunéré au monde en raison de l’expertise et des soins nécessaires.

Dans certains villages portugais comme Luzianes, 80% de la population tire ses revenus du liège.

L’industrie du liège

est un véritable pilier social, environnemental et économique pour des milliers d’habitants du bassin méditerranéen occidental.

Grâce aux forêts de chênes-lièges et aux produits réalisés à partir du liège, il est possible de démontrer que le développement durable n’est pas une utopie.

Les forêts

de chênes-lièges contribuent à conserver une économie locale en permettant le maintien sur place d’une population rurale.

Plus de 100 000 personnes dépendent, directement ou indirectement, de la production de liège.

L’extraction

du liège est le travail agricole le mieux rémunéré au monde en raison de l’expertise et des soins nécessaires.

Dans certains villages portugais comme Luzianes, 80% de la population tire ses revenus du liège.

« L’industrie du liège est gage d’un avenir prometteur grâce à la durabilité environnementale, économique et sociale qu’elle prône. »

« L’industrie du liège est gage d’un avenir prometteur grâce à la durabilité environnementale, économique et sociale qu’elle prône. »

« L’industrie du liège est gage d’un avenir prometteur grâce à la durabilité environnementale, économique et sociale qu’elle prône. »